Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 20:24

Sans titre-copie-2Notre projet:

 

Nous avons choisi comme projet l'Inde, un pays riche par sa culture et diversifié par ses dieux ainsi que ses monuments. Le voyage s'effectue au XXIème siècle. Un personnage fictif le réalise:  Alexia. Nous avons présenté ce projet en classe et avons rendu à nos professeurs un carnet de voyage dont voici quelques extraits et photos.

 

Alexia partirait de France, en avion pour atterrir à New-Dehli le 5 septembre et y résider deux jours. Puis le 7 septembre, elle se rendrait à Calcutta, le 8 septembre à Madras et le 10 septembre à Bombay. Le retour en France aurait lieu le 13 septembre.

 

"Menée par les moyens de transport locaux, les pousse-pousse, et  sachant me débrouiller en anglais, je parviens à me diriger dans la ville. Je croise sur mon chemin un charmeur de cobras, de sa flûte il charme un de ces cobras royaux, surtout présents en Asie méridionale et du Sud-Est. Les pousse-pousse, sont de petites camionnettes à trois roues avec un guidon, entièrement ouvertes et souvent avec un toit. La Porte de l'Inde, aussi appelée l'Arc de Triomphe indien, est un monument dédié aux morts qui est situé sur le boulevard Rajpath. Elle a été construite par l'architecte Edwin Lutyens pour commémorer les soldats indiens dont ceux de l'armée des Indes britanniques morts durant la Première Guerre mondiale et les guerres afghanes entre 1921 et 1931.

 

Monnaie indienne: le roupie:

 

Sans titre-copie-1

 

 

Après ma visite de la porte de l'Inde, je fis le portrait d'une femme hindoue et un jeune homme m'appréciant m'offrit une origami. L'origami n'est pas originaire d'Inde et n'est pas non plus de la culture indienne, mais je suis fortement touchée par cet acte chaleureux et décide donc de le garder. Je me suis rendu compte que les hindous ont souvent une marque rouge ou décorée sur le front, le bindi. Quand le bindi ou tilak n'est pas tout simplement une marque censée porter bonheur, apposée au cours d'une cérémonie religieuse ou en guise de bienvenue, le tilak indique l'appartenance à un groupe religieux pour un homme ou la situation maritale pour une femme. La plus ancienne référence au tilak connue provient du Rig-Veda. La déesse Usha, première épouse du dieu Sûrya, y apparaît portant une marque rouge vif sur le front, symbole du soleil levant.

 

L'Inde est très réputée pour ses grands marchés. Sa diversité d'épices, de fruits et d'étoffes, atire énormément les touristes, mais aussi les habitants locaux. Faisant le tour du marché, j'aperçois un stand de litchis. Me renseignant plus sur ce fruit, je découvre qu'il est originaire de Chine. Il a été implanté en Inde vers le XVIème siècle et c'est l'un des fruits les plus commercialisés et convoités en Inde. C'est un petit fruit avec une pulpe blanche qui englobe un noyaux et qui est elle même englobée par une écorce rouge.

 

Le 7 septembre, arrivée à Calcutta. Je  me rends à pied au pont de Howrah, qui est un pont routier franchissant le Hooghly, un des bras du Gange dans le Bengale occidental en Inde. Il est le sixième plus grand pont de ce type dans le monde, il relie la ville de Calcutta à Howrah. Il désert la grande gare de Howrah, qui est la gare principale de Calcutta et il fut d'abord appelé le ''Nouveau pont de Howrah'' avant d'être renommé, le 14 juin 1965, en Rabindra Setu en hommage au poète Rabîndranâth Tagore. Toutefois, il est communément connu sous le nom de Pont de Howrah.

 

Le 8 septembre, arrivée à Madras. Je découvre bouche bée l'imposante taille des mosquées hindoues.

 

Le 10 septembre à Bombay aussi appelée Mumbai. Je visite le Haji Ali. C'est une mosquée et dargah (tombeau) situé sur un îlot au large de la côte de Worli dans la partie sud de Bombay. Visible  dans le coeur de la ville, le mausolée est l'un des monuments les plus reconnaissables de Mumbai. Un exemple exquis de l'architecture islamique indienne, associés à des légendes sur les amateurs de condamnés, le mausolée abrite le tombeau de Sayed Peer Haji Ali Shah Bukhari. Sayed Peer Haji Ali Shah Bukhari a abandonné tous ses biens avant de faire un pèlerinage à la Mecque. Originaire de Boukhara, dans l'ancien Empire perse et aujourd'hui en Ouzbékistan, Bukhari a fait le tour du monde dans la première moitié du XVème siècle, puis s'est installé à Bombay.

Plus tard dans la journée, je décide de me rendre au Taj Mahal. Le Taj Mahal signifie Palais de la Couronne. Il est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan ''la lumière du palais''. Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle. La construction commence en 1631 et l'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore.

 

Le lendemain, ce fut la fête de Ganesh, un des principaux dieux de la religion hindouiste. Dans l’hindouisme, Ganesh, Ganesha, ou Vinayak ou souvent appelé Ganapati dans le sud de l’Inde. Il est le dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir. C’est le dieu qui lève les obstacles des illusions et de l'ignorance. Il est le fils de Shiva et Pârvatî, l’époux de Siddhi et son succès, de Buddhi l'Intellect, et de Riddhi la Richesse. Traditionnellement représenté avec un corps de gros homme de couleur rouge possédant généralement quatre bras et une tête d’éléphant à une seule défense, son vâhana ou véhicule est un rat ou une souris, Mûshika. Ce dernier symbolise parfois le dieu à lui seul, comme peut le faire Nandi pour son père. Les deux se complètent, l’éléphant massif, puissant et réfléchi, le rat petit, mobile et malicieux, ont ainsi tous les atouts nécessaires pour résoudre les problèmes du monde.

 

Les attributs les plus fréquents de Ganesh sont :

-La hache, arme classique de Shiva, détruit désir et attachement, et donc supprime agitation et chagrin.

-Le nœud coulant qui sert à capturer l’erreur.

-L’aiguillon à éléphant, symbole de sa maîtrise sur le monde.

-La défense cassée connaît plusieurs interprétations. Un mythe raconte que Ganesh l’utilisa pour écrire les Veda ou le Mahābhārata sous la dictée de Vyasa. C’est la raison pour laquelle on appelle aussi Ganesh Ekadanta, celui qui n’a qu’une défense.

-La mâlâ, une guirlande ou un chapelet comportant 50 éléments, les 50 lettres de l’alphabet sanskrit.

-Le gâteau ou le bol de friandises, la douceur qui récompense le chercheur de vérité.

 

Je rentre en France le 13 septembre, déçue de quitter l'Inde.



Sans titre

 

Dans ce carnet de voyage j'ai souhaité relater les souvenirs et expériences de tout mon trajet et j'ai ainsi noté chaque jour mon parcours tout en conservant des papiers, petits souvenirs que j'ai collés sur certaines pages. Je voulais rendre ce carnet plus agréable à lire et à relire. Il est différent d'un carnet de voyage ordinaire... c'est aussi un journal intime ou album photo car il renferme des souvenirs d'une partie de notre vie."

 

Le projet sur l'Inde fut réalisé par Vadim Sauthier, Xavier Isinger et Nine Clot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 15:29

ar-mapTango,  pavé de bœuf, Diego Maradona,  Eva Perron, Terre de Feu, Ushuaia … l’Argentine fait rêver jusque dans son nom. Dès que l’on quitte l’élégante capitale, Buenos Aires, commence alors une autre Argentine, celles des espaces infinis : l’immense pampa, les cataractes perdues dans la jungle de Missiones, les grands lacs de Patagonie, l’Aconcagua, le plus haut sommet des Amériques, Ushuaia la ville la plus australe de la planète, les anciennes villes coloniales du centre et nord ouest, les communautés de manchots du Grand Sud  ou les vignes à perte de vue du Cuyo…

 

Amerigo Vespucci fut le premier Européen à s'approcher des côtes argentines en 1502. En 1516,Juan Diaz de Solís, un navigateur espagnol visita le territoire qui deviendra l'Argentine. L'Espagne inclura l'Argentine dans la vice-royauté du Pérou . A l'inverse de ce qu'ils firent au Pérou et en Bolivie, les Espagnols ne soumirent jamais totalement les principaux peuples amérindiens qui occupaient le territoire actuel de l'Argentine. La présence espagnole se limitait d'ailleurs au départ à de petits noyaux, essentiellement le long de la route importante dite Camino Real, destinée au début à drainer les richesses minières du Haut-Pérou (Bolivie actuelle) vers le Rio de la Plata. Là fut construite, en 1536  une colonie appelée Buenos Aires. Abandonnée à cause d'un blocus et de raids sanglants des Indiens Didiuhet, elle fut fondée à nouveau en 1580. Cette année-là, venu d'Asunción au Paraguay actuel, Juan de Garay refonda la ville qu'il appela Ciudad de Trinidad y Puerto de Santa María del Buen Ayre, et qui avec le temps sera connue plus simplement sous son nom actuel.

 

En 1776, le territoire occupé par l'Argentine, la Bolivie, le Paraguay et l'Uruguay fut séparé du Pérou afin de constituer la vice-royauté du Río de La Plata, dont Buenos Aires devint la capitale. Comme leurs voisins d'Amérique du Sud, les Argentins cherchèrent à s'affranchir de la domination espagnole, au début du XIXesiècle.

 

L'élément déterminant fut l'attaque de Buenos Aires par les Britanniques, en juin 1806. Ces derniers furent expulsés dès le mois d'août par une armée de citoyens. Profitant de la crise politique qui secoue l'Espagne depuis l'invasion des armées de Napoléon, les Argentins déposent le vice-roi et déclarent les onze provinces unies du Rio de la Plata (future Argentine) indépendantes. L'acte d'indépendance est lu à San Miguel de Tucuman, où la bourgeoisie créole s'est mise d'accord pour instaurer un état fédéral. Le général José de San Martin, leader du mouvement indépendantiste de la région, poursuivra sa "croisade" dans toute l'Amérique du Sud en libérant par la suite le Pérou et le Chili.

 

Après l’indépendance, l’immigration européenne permit au pays de se développer, et au début du xxe siècle l’Argentine était devenue un pays prospère. Mais en 1930 l’armée prit le pouvoir et plusieurs dictateurs se succédèrent à la tête du pays. En 1945 des milliers d'ouvriers appelés les "descamisados" (sans-chemise) et des syndicats manifestent leur soutien à l'ancien ministre du travail Juan Domingo Perón. Quelques mois plus tôt, il avait été démis de ses fonctions et arrêté sous la pression des organisations patronales et de l'ambassadeur des Etats-Unis qui voyaient d'un mauvais œil l'application de ses mesures sociales. En se révoltant, le peuple argentin exprime l'entière confiance qu'il voue en cet ancien colonel qui participa au Coup d'Etat de 1941. Perón sera élu démocratiquement à la présidence de la République en 1946 et instaure une dictature militaire. En 1946, Juan Domingo Perón devint président, au côté de sa femme, María Eva Duarte, la célèbre Evita, personnalité extrêmement populaire.

 

En 1955, un coup d'État le chasse du pouvoir. L'Argentine connut alors une époque troublée par les coups d’État militaires successifs de 1966 à 1971. En 1973, les élections redonnèrent le pouvoir au Parti justicialiste de Perón (toujours réfugié en Espagne). Le président élu céda le pouvoir à Juan Perón qui mourut l’année suivante. Isabel Perón, sa troisième épouse, lui succéda. Durant son mandat, la situation politique et économique se détériora rapidement. Isabel Perón fut renversée en mars 1976 par une junte militaire conduite par le général de corps d’armée Jorge Rafael Videla.

 

Incapable d’enrayer l’inflation, la junte instaura un régime répressif caractérisé par l'élimination systématique des opposants qui font l'objet d'enlèvements; le gouvernement militaire imposa la loi martiale et gouverna par décrets. En mars 1981, le général Videla fut remplacé à la présidence par le maréchal Roberto Viola, lui-même destitué, en décembre 1981, par le commandant en chef de l’armée, le général Leopoldo Galtieri.

 

En 1982, celui-ci ordonna aux troupes argentines d’envahir les Islas Malvinas (îles Malouines), une possession britannique revendiquée depuis toujours par l’Argentine. Mais la Grande-Bretagne envoya une force militaire d’intervention et battit l’armée argentine. Le général Galtieri, discrédité, fut remplacé par le général de division Reynaldo Bignone. La défaite lors de la guerre des Malouines précipite la chute du régime et une lente transition démocratique. Raul Alfonsin fut le symbole même du retour à la démocratie en République argentine. Dès la première semaine de son mandat, en 1984, il abroge l’amnistie déclarée avant que les forces armées ne perdent le pouvoir et demande de poursuivre neuf dirigeants de la junte militaire. Il nomme en même temps une commission nationale sur la disparition des personnes et en choisit les membres : dix citoyens de premier plan, connus pour leur rôle dans la défense des droits de l’Homme. Aux yeux du monde éclate la cruauté des crimes de la junte militaire argentine : quelque 10 000 personnes torturées puis exécutées clandestinement.

 

Louis D. Thomas G.

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 20:15

Forbin Abu 

 Bonjour à tous,

Nous venons de reprendre la mer après 4 jours à Abu Dhabi, la capitale des Emirats Arabes Unis. Cette escale avait pour but de préparer un exercice majeur avec la marine émirienne. Différente de l’Inde dont je vous parlai dans mon précédent article, la coopération avec ce pays revêt aussi une importance particulière eu égard à sa position géographique dans le golfe arabo-persique et aux multiples relations politiques et économiques que nous entretenons.

Comme à chaque fois, cette période à quai a tout d’abord été l’occasion d’effectuer des opérations de maintenance et des réparations irréalisables en mer compte tenu des contraintes imposées par certaines  interventions (changement d’une pièce volumineuse sur un moteur, travaux pour entretenir la coque..). Elle permet également d’acheter du matériel et des vivres nécessaires pour la poursuite de la mission.

Abu 2

Concernant la ville, Abu Dhabi diffère quelque peu de Dubaï car elle est légèrement plus ancienne mais surtout beaucoup moins touristique. Elle se rapproche beaucoup plus des schémas habituels et occidentaux des villes récentes : les immeubles, abritant beaucoup de bureaux sont moins impressionnants qu’à Dubaï mais plus nombreux. Petite anecdote de l’escale : il y a eu un jour de fortes pluies, phénomène relativement rare dans cette région et auquel les chauffeurs de taxi et autres automobilistes ne sont pas du tout habitués à en juger par leurs comportements hésitants sur la route et les nombreux accrochages.

A terre, l’équipage a pu également parfaire sa condition physique et participer à différentes compétitions sportives, notamment à un match de rugby mais aussi au marathon officiel de Dubaï. Nous n’avons pas gagné mais l’essentiel n’est il pas, dans ce cas, de participer ?

Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 14:45

ph UQAM-001 arch tgl

« Ils firent habiller trois hommes à la manière de trois diables, lesquels étaient vêtus de peaux de chien, noirs et blancs, et avaient des cornes aussi longues que le bras, et étaient peints au visage de noir, comme charbon…» Jacques Cartier.

 

Au cours de ses voyages, Jacques Cartier dessine pour la première fois le golfe du fleuve saint Laurent. C’est lui qui donne au territoire découvert le nom de Canada.

 

Jacques Cartier est né le 31 décembre 1491 à Saint Malo en Bretagne , bien qu’aucun document ne l’atteste Cartier serait le fils de Jamet et Geffline Jansart, de plus il aurait quatre frères et sœurs. Malheureusement sa vie avant son premier voyage est très peu connue ; on sait qu’il a épousé Catherine, la fille de Jacques de Granges, le connétable de Saint Malo, de cette union ne naitra aucune descendance. Jacques Cartier navigua sans doute durant sa jeunesse.

 

En 1532, il est présenté à François Ier par Jean le Veneur. Le roi le charge d’explorer les terres inconnues situées entre terre Neuve et le Labrador dans le but d’enrichir le trésor royal. Cartier effectue trois voyages dans le but de découvrir un passage vers l’Asie. Le 20 avril 1534, il part avec 2 navires et 61 hommes. Favorisé d’un « bon temps », il traverse l’Atlantique en 20 jours. Cartier fit le tour du golfe Saint-Laurent pour la première fois, explora un pays nouveau et fit alliance avec les indigènes: tout cela rendait profitable une seconde expédition. Rentré à Saint-Malo le 5 septembre 1534, il reçoit dès le 30 octobre une nouvelle commission pour parachever sa découverte. En 1535, il possède désormais trois navires : La Grande Hermine, la Petite Hermine et l’Emerillon. De plus, un équipage de quelque 110 hommes l’accompagne. Cartier se retrouve dans le golfe après une longue traversée de 50 jours, là Cartier apprend tout le schéma géographique du pays, remonte le fleuve d’Hochelaga et rencontre le peuple iroquois. Cartier et ses hommes furent surpris par l’hiver rude et particulièrement froid cette année-là. Le 6 mai, il quitte Sainte-Croix avec ses deux vaisseaux et une dizaine d’Iroquois, dont quatre enfants qu’on lui avait donnés l’automne précédent, à son retour il fait un rapport à François Ier. Ce n’est que le 17 octobre 1540 que le roi délivre à Cartier une commission pour un troisième voyage afin de coloniser le pays. Il reviendra en 1542. Il meurt le 15 septembre 1557 à l’âge de 65 ans à Saint-Malo.

 

Cartier figure parmi les grands noms du XVI siècle. Il est le premier à faire un relevé des côtes du golfe Saint-Laurent, à décrire la vie des Indiens du Nord-Est de l’Amérique du Nord, et découvre en 1535 le fleuve Saint-Laurent qui fut l’axe de l’empire français d’Amérique.

 

Hortense P.

Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:52

 

goa

Bonjour à tous,


L’exercice Varuna 2010 s’est achevé il y a un peu moins d’une semaine. En coopération avec l’Inde, il avait pour but de développer une meilleure interopérabilité entre les deux nations pour savoir conduire des missions conjointes de lutte contre la piraterie et assurer ainsi la sécurité de cette zone de l’océan Indien. En effet, la zone d’action des pirates partis de Somalie se décale de plus en plus vers l’est, d’où l’intérêt de l’implication de l’Inde dans ce type d’opérations.

Varuna 2 m

Varuna est un exercice qui se déroule annuellement depuis 2001. Celui de cette année revêtait cependant une importance particulière compte tenu des forces engagées par chacune des nations : 9 navires dont 2 porte-avions avec leurs avions et leurs hélicoptères ainsi que des avions de patrouille indiens. Pour la France, participaient entre autres le Charles de Gaulle, le Forbin, à la pointe en matière de lutte anti-aérienne et le Tourville, spécialiste de la lutte anti-sous-marine.

Varuna se déroula en 2 phases, d’abord à terre dans le port de Mormugao puis en mer au large de la province de Goa. La première partie a permis de programmer minutieusement le déroulement de l’exercice lors de briefings. La deuxième, maritime, incluait des opérations aériennes, des exercices sous-marins et de surface ainsi que des ravitaillements à la mer entre les différents participants.

Cet exercice a ainsi permis de mieux connaître une marine indienne en plein essor et qui confirme sa volonté et sa capacité à devenir une marine de premier ordre. Le budget indien accordé à la marine est très important, ce qui permettra de disposer d’une flotte puissante dans les années à venir. L’Inde s’appuie en particulier sur la construction de ses propres navires et non plus seulement l’acquisition d’anciens bâtiments étrangers.

Varuna 3 m

Après Varuna 2009 au large de Brest (du 27 juin au 04 juillet) et Varuna 2010 en océan Indien, rendez-vous est donné à nos camarades indiens pour Varuna 2011 au large de Toulon.

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 20:35

paul emile victorPaul Emile Victor est né le 28 juin 1907 à Genève.

Enfant, il s’intéressa de très près à la Polynésie, aux pôles et aux voyages.

 

En 1925, il obtint un baccalauréat math-philo puis poursuivit une formation d’ingénieur à l'École centrale de Lyon, qu'il quitta en fin de troisième année sans passer son diplôme, pour se présenter et réussir le concours d'entrée de l'École nationale de navigation maritime de Marseille qu'il intégra comme élève officier. Puis il fit son service militaire comme lieutenant aspirant dans la Marine nationale. En 1931 il obtint un brevet de pilote.

 

 En 1934, il réalisa sa première expédition sur la côte est du Groenland avec Jean-Baptiste Charcot, l’un des plus grands explorateurs des contrées polaires.

 

Deux ans plus tard, il réalisa une expédition des plus exceptionnelles : il traversa le Groenland d’ouest en est en traîneaux de chiens. Arrivé à l'est, il resta quatorze mois dans le village de Kangerlussuatsiaq au sein d'une famille Inuits. Aventure durant laquelle il apprit rapidement le dialecte groenlandais et étudia la vie de la tribu.

 

En 1938 avec Michel Perez et le commandant Flotard (armée des Alpes), il effectua un raid transalpin Nice / Chamonix en traîneaux de chiens pour démontrer que les techniques polaires peuvent pallier les problèmes de transport d'hommes et de matériel en cas d'hiver rigoureux.

 

Le 28 février 1938, après 13 ans d'exploration et d'ethnologie, Paul-Émile Victor créa et dirigea les Expéditions Polaires Françaises (EPF). De cette date à 1976, 150 expéditions ont été menées, dont 17 en Terre Adélie en Antarctique et 14 au Groenland.

La première expédition en Terre Adélie en 1956 fut très intéressante pour Paul Emile Victor. En effet, il décida de construire une base scientifique, dont la construction s’acheva trois ans plus tard.

 

En 1962  il organisa des activités essentiellement tournées vers la défense de l’homme et de son environnement et reçu en 1968 le titre de délégué de la Fondation pour la Sauvegarde de la Nature.

 En 1974, il créa le groupe Paul-Émile Victor pour la défense de l'homme et de son environnement avec  Alain Bombard, Jacques-Yves Cousteau, Haroun Tazieff, Louis Leprince-Ringuet, le professeur Jacques Debat et Jacqueline Auriol.

 

Il prit sa retraite à 69 ans et se retira avec sa femme Colette et son fils Teva  sur le Motu Tane dans le lagon de Bora-Bora. Il se prêta à la création artistique et rédigea ses mémoires. Cependant, Paul Emile Victor ne reste pas pour autant inactif car en 1987, lors de son quatre-vingtième anniversaire, il  effectua sa dernière expédition polaire en Terre Adélie puis au pôle Nord.

 

L’un des principaux moteurs de l’exploration française pendant près de 40 ans mourut le 7 mars 1995 à Bora-Bora à l’âge de 88 ans et fut immergé en haute mer avec les hommages de la Marine Nationale selon ses dernières volontés.

 

http://www.paulemilevictor.fr/

 

Valentin P-H

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 20:20

LaPerouseJ1Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse, navigateur et explorateur du siècle des Lumières (1741-1788)

 

Je suis le comte de Lapérouse et mon nom est Jean-François de Galaup. Après une enfance heureuse à Albi dans le Languedoc, ma vie fut ponctuée d’étranges rencontres, jalonnée de merveilleuses découvertes et de périlleux voyages au long cour qui ont causé ma perte. Ce mode de vie était parfait à mes yeux et je vais vous raconter mon histoire.

Je suis né en 1741 à Albi. J’entrai dans la marine en 1756 et participais, en tant qu’officier, à plusieurs campagnes contre les Anglais. Après avoir travaillé dans la marine française, je fus chargé par Louis XVI de mener à bien un voyage autour du monde. Je devais rapporter des informations sur le Pacifique, découvrir des peuples et plantes inconnus, confectionner de nouvelles cartes tout en n’oubliant pas la fonction commerciale de cette mission. C’est pourquoi, le 1er aout 1785 je quittai Brest pour quatre ans avec deux frégates, l’Astrolabe et la Boussole abritant 220 hommes. Je m’appliquais à envoyer régulièrement des courriers à Paris pour rendre compte de ce merveilleux voyage.

 

Lors de ma première expédition, je me rendis d'abord sur l'Île de Pâques puis longeais l'Amérique du Nord et l'Alaska avant de gagner Hawaii où je fus le premier à débarquer. Je fus choqué par les conditions de vie des Amérindiens en Californie. Certains avait un comportement assez intriguants, d’ailleurs j’écrivis: « Nous vîmes un Indien ayant une tête de cerf attachée sur la sienne, marcher à quatre pattes, avoir l'air de brouter l'herbe, et jouer cette pantomime avec une telle vérité, que tous nos chasseurs l'auraient tiré à trente pas, s'ils n'eussent été prévenus. Ils approchent ainsi le troupeau de cerfs à la plus petite portée et les tuent à coups de flèches. Extrait n°2 du journal de bord, étranges rencontres. »

 

Je poursuivis mon voyage vers les Philippines et Macao. Durant cette navigation, je traçais la carte de la côte ouest de l’Amérique du nord en 1786. Puis je mis le cap vers la mer du Japon où je fis escale ainsi qu’en Corée. Ces pays n’étaient alors connus que des missionnaires. Je découvris un détroit entre les îles Hokkaido et Sakhaline et lui donnai mon nom. Dans le Pacifique, à Samoa, je perdis un de mes officiers, Paul Antoine Fleuriot de Langle, aux commandes de l’Astrolabe et plusieurs hommes, qui furent tués par des autochtones. Je continuai alors vers le nord et rejoignis l’Australie puis en 1788, on cessa d’avoir de mes nouvelles…

 

Ce qui se passa par la suite restera secret mais je peux cependant vous donner une hypothèse de ma disparition : les deux frégates auraient fait naufrage sur un banc de récifs au large de Vanikoro dans les îles Salomon et l’équipage aurait été massacré par des sauvages. Les plus influentes personnes de France s’enquirent de mes nouvelles comme Louis XVI qui, en montant sur l’échafaud demanda « a-t-on des nouvelles de Monsieur de Lapérouse ? »

 

http://www.laperouse-france.fr/

 

Valentine G.

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 18:47

PHOTOLISTE 20090506174750 italie venise le port fi 600Selon un ancien mythe, la ville fut fondée le 25 mars 421, sous l’influence de trois consuls de Padoue venu se réfugier, accompagnés de nombreux réfugiés, dans ces ilôts du « Rivus Altus » (de nos jours le Rialto). Il s’avère que ce mythe est faux, et que malgré l’absence d’informations sur sa fondation, Venise  reste un exemple d’urbanisation exceptionnel.

En 560, la conquête des Lombards pousse les populations à s’étendre sur les lagunes, en particulier à Malamocco, capitale du Lido, et a Torcello, qui devient un empire du commerce byzantin. En 811, le peuple trouve un site d’ilots privilégiés au cœur des lagunes, ou le duc transfère le gouvernement. Ce site est rapidement fortifié, la cité progresse le long du Grand Canal, qui est l’artère principale de la ville, autour de trois noyaux : l'arsenal, la place saint Marc (centre politique) et le Rialto.

Dès 840, l’état vénitien obtient de l’empire byzantin la reconnaissance de son unité politique et ducale. Grâce à sa flotte militaire, Venise n’a cessé de consolider sa puissance. Venise a également obtenu de nombreux privilèges maritimes et commerciaux en Orient (1082), et entretenait grâce à sa flotte le commerce des épices, dont elle avait le monopole.  Conscients du fait que le commerce est le tremplin de la richesse, les marchands étendent leur commerce en Grèce, en Crète, en Arménie et en Afrique du nord. La navigation maritime permet des échanges bénéfiques, et assure dès le XIIIème siècle le triomphe commercial de Venise. C’est à l’époque de la 4ème croisade, et donc de la prise de Constantinople (1204), auquel Venise a participé, qu’elle est devenue une des plus grandes places du commerce en Occident. La position géographique de l’état Vénitien, entre le monde occidental, byzantin, la mer noire,  la Syrie, l’Egypte, l’extrême Orient et les Mongols, est très avantageuse pour la ville. La ville exporte elle-même du sel, des miroirs, des verres, du sucre, du blé, de la laine, de la peau et exporte même ses constructions navales.

En effet, avec un commerce aussi développé au niveau maritime, Venise a décidé de construire son propre arsenal, afin d’y construire ses navires, ses armes, d’y entreposer ses munitions et d’y abriter sa flotte. De 1303 à 1325, l’arsenal de Venise quadrupla sa superficie de fabrication et d’entrepôt, à cause de la mainmise qu’avait la République sur la construction des flottes.
En 1473, les dimensions de l'arsenal furent à nouveau doublées en bassins, en cales sèches, en fonderies et en entrepôts, du fait des évolutions techniques et du fait qu'il fallait également tenir tête à la flotte turque avançant en mer Egée. 

L’état organise des convois dans toutes les directions et crée des lignes de navigation, notamment pour Constantinople, la mer Egée, la Syrie, Alexandrie, Barcelone, Les Baléares, Valence, Séville, Lisbonne, Bruges et Londres. Ils permettent de dispenser les clients d’assurances coûteuses.

Les comptes rendus qui émanent du palais des Doges au début du XVè siècle donnent du commerce maritime une image impressionnante. Il était question de 300 navires employant 17 000 marins. La plupart des marchands résidaient pour leurs affaires à l’étranger. Leurs avoir étaient considérables car ils pouvaient faire de 10 à 30% de bénéfices par voyages, dans les deux sens. Dans son jeune âge, l'aspirant au commerce étudie la comptabilité, et accompagne un membre de sa famille pour son initiation. On lui confie un lot de marchandises dont il aura la responsabilité et qu'il vendra à son propre bénéfice. Il réside quelques temps à l'étranger et devient correspondant. Sa culture est fondée sur l'art des chiffres. Les marchands vénitiens avaient inventé les comptes courants. Les sommes étaient déposées chez des changeurs et les négociants retiraient sur un simple écrit. S'ils avaient le même changeur, ils pouvaient ainsi se régler par un jeu d'écritures. Ils développèrent la tenue de la comptabilité par grands livres, ainsi que la technique de la lettre de change.

Venise maintiendra sa position éminente jusqu’au 16ème siècle.

Anne-Elisabeth M.

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 18:44

image002

 

Le 18 janvier 2011, lettre des marins de la 8ème compagnie du Forbin aux élèves

 

Bonjour à tous,

Nous venons de passer 4 jours en Inde dans la province de Goa, située sur la côte nord ouest du pays.

 

C’était un arrêt nécessaire pour préparer un exercice majeur avec la marine indienne

 

http://turquoisesaularge.over-blog.com/ext/http://jdb.marine.defense.gouv.fr/batiment/frb

 

 Nous avons aussi découvert un autre continent, dans  une province marquée par un mélange fascinant des cultures européennes et orientales. Les Portugais ont occupé cette région de l’Inde pendant près de 5 siècles.

Dès les premiers kilomètres, le dépaysement est frappant, tant par la manière de conduire du chauffeur de taxi, qui défie bons nombres de règles du code de la route pour mieux se faufiler dans les embouteillages, que par la végétation verdoyante et les temples hindous qui bordent les routes. Il n’est pas rare non plus de trouver d’anciennes maisons coloniales portugaises ainsi que quelques vaches qui traversent la chaussée sans prévenir. 

 

 

clip image002

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 18:33

clip image002-copie-1Le  8  janvier 2011, lettre des marins de la 8ème compagnie du Forbin aux élèves

 

Bonjour à tous,

Merci pour vos vœux et bonne année 2011 !

Nous espérons que vous avez bien profité des vacances et que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d’année.

Après la journée de Noël en mer, au cours de laquelle nous avons reçu les cadeaux de nos familles, comme vous avez pu le suivre sur le JDB, nous étions à Dubaï pour la fin de l’année.

Cette dernière escale 2010 nous a permis de « retaper » le bateau et de prendre un peu de repos avec notamment l’opportunité pour certains de passer quelques jours en famille. Cette pause arrive à point nommé dans la mission, permettant d’éliminer la fatigue physique et psychique accumulée en 2 mois d’opérations.

Nous avons découvert un pays où les limites de la modernité et de l’architecture n’existent plus. On peut dans la même journée admirer le panorama de la ville du haut de la tour la plus haute du monde (828m), faire du ski dans un énorme complexe dont les prouesses technologiques sont stupéfiantes, plonger en bouteille dans l’aquarium le plus grand du monde, ou encore visiter une gigantesque île artificielle…tout ceci en étant à quelques kilomètres du désert !

Une autre caractéristique de Dubaï est la taille et le nombre de centres commerciaux, autrement appelés « malls », aussi impressionnants par leur luxe que par leur taille. Un mall peut ainsi accueillir plus de 1000 boutiques et plusieurs supermarchés : c’est le lieu privilégié de tous les émiriens et touristes ; on en compte une bonne dizaine, dispersés dans la ville.

Après une petite semaine de repos et l'opération Pamir désormais terminée, nous sommes repartis pour une suite de mission totalement différente, axée sur la coopération internationale avec plusieurs exercices internationaux de grande taille dans les prochaines semaines.

Repost 0

Présentation

  • : turquoisesaularge.over-blog.com
  •  turquoisesaularge.over-blog.com
  • : Ce blog a pour objectif de suivre le projet de classe d'une classe de Secondes dans le cadre de l'enseignement à la défense.
  • Contact

Profil

  • Chloé Maillier-Fonta
  • Professeur d'histoire-géographie en collège et lycée à Saint-Germain-en-Laye, Relais Défense Etablissement
  • Professeur d'histoire-géographie en collège et lycée à Saint-Germain-en-Laye, Relais Défense Etablissement

Wikio - Top des blogs - Multithématique

Recherche