Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 15:55

8Etant donné qu'Alexandra David Néel fut la femme qui introduisit le bouddhisme en France, il convient de parler de cette religion qui sut si bien émouvoir le coeur de cette aventurière...

Le bouddhisme tibétain est appelé également "lamaïsme" du fait que les moines pratiquant ce culte sont appelés Lama ou "maîtres"

Le bouddhisme tibétain est en réalité le regroupement de trois tendances bouddhistes: le Hinayana, la Mahayana et le Vajyarana. Ces trois écoles suivent différentes vérités.

 C’est aux environs du VIIème  siècle que le bouddhisme arriva au Tibet. Comme dans les autres pays d’Asie, c’est sous le patronage des souverains que le bouddhisme se diffusa, suivant le destin de ces dynasties. Les tibétains considèrent qu’il y eu deux diffusions successives du bouddhisme. Pour la « première diffusion », la légende remplace l’histoire, avec la venue depuis l’Inde de nombreux maîtres, dont les deux fondateurs du bouddhisme tibétain, Sântarakshita et Padmasambhava. Puis l’histoire se précise et les historiographes mentionnent Trisong Détsen, roi-sage, qui imposa le bouddhisme comme religion officielle du royaume du Tibet au VIII ème siècle. Puis au milieu du IX ème siècle, la dynastie des Yarlung s’effondra et le bouddhisme tibétain connut une période noire. Il refit son apparition avec ce que les tibétains appellent la « diffusion ultérieure » (chidar), à la fin du X ème siècle.

Les premiers moines qui réactivèrent le Bouddhisme au Tibet furent ensuite appelés les « anciens » (Nyamingpa). En même temps dans un royaume de l’ouest tibétain, des rois pieux descendants de la dynastie des Yarlung qui avaient eux aussi décidé de renouer avec les origines de la diffusion du bouddhisme envoyèrent des jeunes hommes en Inde et invitèrent des pandits (sages) indiens à venir enseigner au Tibet. C’est à partir de là que la traduction en tibétain des canons bouddhiques commença. Différentes écoles furent créées depuis ce mouvement. L’une d’entre elle, l’école des Kadampa, fut créée par le pandit Atisha (958-1054), et rétablit la doctrine du Bouddha dans sa vision originelle ainsi que les règles monastiques.

Le dalaï-lama

La Dalaï-lama est le chef céleste de la religion bouddhiste et surtout au Tibet. Il est considéré comme un dieu mais aussi comme un chef politique depuis le XV° siècle. Ce dieu prétendu faisait autrefois sa résidence ordinaire au couvent de Potala, à Lhassa, au Tibet. Les environs de sa résidence étaient peuplés de prêtres, dont les dignitaires sont nommés Lamas. Le grand Lama n'exposait jamais sa divinité au grand jour; il se tenait toujours renfermé dans le fond d'un temple, entouré de ses prêtres, qui lui rendaient tous les hommages dus à l'Être suprême, ne l'approchaient qu'avec le plus grand, respect, lui adressant ses prières comme à une divinité, on lui offrant de l'encens. A la suite de l'occupation puis de l'annexion du Tibet par la Chine, le quatorzième Dalaï-lama vit réfugié en Inde depuis 1959. Le nom de dalaï-lama vient du mot tibétain lama (ou bLama) qui signifie supérieur, ou prêtre supérieur, et du mongol dalaï, qui veut dire la mer, ce qui désigne ici l'immense étendue de l'esprit du Grand Lama.

Les principes du bouddhisme

La religion bouddhiste basée sur la paix et la tolérance est une religion avec beaucoup de règles à suivre mais qui sont facultatives. Pour l’alimentation par exemple les Bouddhistes doivent s’abstenir de boire de l’alcool, ne pas tuer ce qui entraine un régime alimentaire végétarien.

La souffrance occupe une place centrale dans la quête spirituelle bouddhiste, non pour lui donner une valeur expiatoire ou rédemptrice (ces notions sont tout à fait absentes du bouddhisme), mais pour la combattre et la faire disparaître. Partant des notions indiennes de Karma, rétribution des actes et de Samsâra, cycle des renaissances ou réincarnations, l'enseignement du Bouddha porte sur l'absence de Soi, l'impermanence de toute chose et la souffrance.

Le but du bouddhisme est de donner aux humains les moyens d'atteindre le Nirvâna complet où les principes des renaissances n’existent plus puisque les racines de renaissances sont définitivement coupées, le Nirvâna étant l'extinction de tout attachement.
Comme il est difficile à atteindre, la plupart des humains sont pris dans le cycle des naissances et des morts, (Samsâra) où prédomine la loi des Actes (Karma). On renaît alors selon ses actes dans cinq ou six formes fondamentales.

 

Claire L.

Partager cet article

Repost 0
Chloé Maillier - dans Voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : turquoisesaularge.over-blog.com
  •  turquoisesaularge.over-blog.com
  • : Ce blog a pour objectif de suivre le projet de classe d'une classe de Secondes dans le cadre de l'enseignement à la défense.
  • Contact

Profil

  • Chloé Maillier-Fonta
  • Professeur d'histoire-géographie en collège et lycée à Saint-Germain-en-Laye, Relais Défense Etablissement
  • Professeur d'histoire-géographie en collège et lycée à Saint-Germain-en-Laye, Relais Défense Etablissement

Wikio - Top des blogs - Multithématique

Recherche